Formations

Les scientifiques d’Irstea, concepteurs des méthodes d’acquisition de données hydrobiologiques et de bioindication, interviennent dans des sessions de formation professionnelle pour la mise en œuvre de ces protocoles.

Plusieurs organismes (AFB-Onema, Agrocampus Ouest de Rennes) ont mis en place des stages de formation professionnelle sur les méthodes utilisées dans la surveillance des milieux aquatiques en France. A terme, tous les protocoles utilisés dans le cadre des mesures en réseaux DCE devraient faire l’objet de ce type de formation.

IMG_8818

Ces sessions s’adressent aux prestataires réalisant les mesures hydrobiologiques, aux organismes opérateurs des réseaux, aux services de l’état ou des collectivités en charge de la gestion des réseaux de mesure.

Leur objectif est bien sûr d’offrir aux opérateurs de la surveillance la possibilité de se former de façon précise et adaptée aux protocoles qu’ils appliquent dans les programmes de surveillance, mais aussi de recueillir lors des sessions les avis et remarques des opérateurs, afin d’améliorer les protocoles, de prévoir la révision des normes, ou de compléter les guides et documents techniques. Il s’agit aussi, dans une démarche d’amélioration de la qualité et de la fiabilité des données de surveillance nationales, d’harmoniser les pratiques de tous les opérateurs impliqués.

Ces formations privilégient donc, en plus de la transmission de connaissances, l’échange d’expériences et d’idées entre les acteurs de la surveillance en France.

Dans le cadre des processus d’accréditation des laboratoires, ces formations constituent un élément important dans l’habilitation des agents et le maintien des compétences, validées par le COFRAC.

 

 

Pour les macrophytes en cours d’eau, la formation « historique » conçue par les membres du GIS Macrophytes des eaux continentales a été mise en place il y a plus de 15 ans par Agrocampus Ouest à Rennes. Elle est maintenant aussi proposée, selon les années, dans le programme du centre de formation de l’AFB (Onema) au Centre du Paraclet. Elle est toujours animée par les membres du GIS, concepteurs de la méthode IBMR. Ce stage focalisé sur la méthode a été complété par des formations de perfectionnement à la détermination taxonomique pour les différents groupes végétaux concernés.

Agrocampus Ouest organise ce stage à Rennes au printemps (fin mars ou début avril), l’AFB (Onema) le propose certaines années au Centre du Paraclet à l’automne (septembre ou octobre). Consultez les sites de ces organismes pour connaitre les dates exactes chaque année.
Agrocampus Ouest – Rennes
AFB (Onema) – Centre du Paraclet

♦ Une nouvelle formation a été testée en décembre 2016 à l’AFB (Centre du Paraclet) : Interprétation et exploitation des données de type « IBMR« . Il s’agissait de compléter les connaissances sur l’écologie des espèces et des populations, sur les méthodes de phytoécologie et de phytosociologie, pour analyser les résultats et les interpréter en fonction de leur contexte.
Cette formation est reconduite en 2018 (voir la fiche session AFB). Elle est proposée dans une version complétée, pour répondre aux avis qui avaient été exprimés par les participants à la première session. Basée sur les études de cas apportés par les participants, complétées par les interventions des scientifiques à l’origine de la méthode (Christian Chauvin – Irstea et Jacques Haury – Agrocampus Ouest), cette formation s’adresse aux opérateurs de terrain des laboratoires publics et privés, mais également aux gestionnaires et responsables de données de surveillance qui souhaitent mieux évaluer et maitriser la signification et la qualité des données sur lesquelles s’appuie l’évaluation de l’état écologique des cours d’eau.
Cette formation s’inscrit dans la suite du parcours comprenant la formation à la méthode d’évaluation « macrophytes en cours d’eau » et celles focalisées sur le perfectionnement à la détermination des algues, bryophytes et phanérogames, organisées par Agrocampus Ouest à Rennes.

 

♦ Des sessions de perfectionnement pour la détermination taxonomique des macrophytes sont égalementFormation_TP proposées par l’équipe du GIS, organisées à Agrocampus Ouest de Rennes :

Bryophytes aquatiques
Algues macroscopiques d’eau douce (hors Characées)
Algues macroscopiques d’eau douce : les Characées
Plantes vasculaires aquatiques et palustres pour la mise en œuvre de diagnostics écologiques (IBMR, diagnostic lac)

♦ En 2016, une formation macrophytes en plans d’eau et IBML a été mise en place, organisée par Agrocampus Ouest de Rennes avec l’appui de l’ONEMA et avec la participation de l’équipe Irstea de Bordeaux. Elle s’est déroulée en juin 2016. Elle sera reprogrammée en 2019. Voir la fiche session sur le site Formation d’Agrocampus Ouest.

Le protocole d’échantillonnage des diatomées en plans d’eau fait l’objet de tests méthodologiques. En 2015, une session a été organisée à destination des hydrobiologistes de DREAL qui participaient à cette phase expérimentale de recueil de données. Une session ouverte à tous les opérateurs sera programmée en 2019. Elle sera organisée en conjonction avec la formation « macrophytes en plans d’eau et IBML », pour bénéficier de la synergie que présentent ces deux protocoles d’échantillonnage (l’échantillonnage des diatomées en plans d’eau se fait principalement sur les macrophytes, sur les mêmes points de prélèvement).

 

♦ Pour le phytoplancton en plans d’eau, une formation « phytoplancton et IPLAC » a été conçue et mise en œuvre en partenariat avec l’INRA à Thonon-les-Bains, de 2015 à 2016. Elle était principalement animée par Frédéric Rimet (INRA), Anne Rolland (Becq’eau) et Christophe Laplace-Treyture (Irstea). Il est prévu de reprogrammer cette formation en 2019 sous un nouveau format, à la station biologique de Besse-en-Chandesse (Université de Clermont-Auvergne, 63).

 

♦ Des sessions peuvent également être organisées selon les besoins et les demandes :
Une journée technique a été menée en juin 2016, à destination des évaluateurs « hydrobiologie » du COFRAC. L’objectif en était que les auditeurs s’approprient les protocoles d’échantillonnage du phytoplancton en lacs et en rivières, en vue de l’intégration de ces méthodes de prélèvement dans les portées d’accréditation pour les laboratoires d’hydrobiologie. D’autres sessions sont régulièrement organisées dans les locaux des instituts (Irstea Bordeaux) pour les organismes qui le souhaitent (DREAL, Agences de l’eau, bureaux d’études), sur un programme adapté à la demande des participants.

 

 

Les organismes de formation

L’Agence Française pour la Biodiversité (ex-Onema) assure la formation initiale et continue dans de nombreux domaines techniques de l’environnement, dont les méthodes de surveillance applicables dans les réseaux DCE. Son centre de formation du Paraclet (Fouencamps – 80) est dédié aux milieux aquatiques et équipé pour ces activités pédagogiques.

L’Agrocampus Ouest propose un panel de formations professionnelles dans les domaines de l’environnement. Les stages animés par les scientifiques d’Irstea reposent sur une collaboration de longue date entre les équipes des deux établissements.

 

L’IFORE intègre la plupart de ces formations, en collaboration avec les organisateurs de stages (en particulier avec l’AFB). Cette offre de l’IFORE s’adresse plus spécifiquement aux agents relevant du Ministère en charge de l’environnement.

 

L’OIEau propose également plusieurs formations en lien avec le diagnostic ou la mesure en milieux aquatiques, et offre un ensemble de formations « eau », dont celle focalisée sur les méthodes « écologie des eaux douces »

 

D’autres organismes (universités, stations biologiques, associations naturalistes) proposent également des formations susceptibles de compléter les compétences nécessaires à la mise en œuvre des méthodes hydrobiologiques préconisées dans la surveillance DCE (détermination taxonomique, par exemple).

 

Un travail de réflexion a été mené par Irstea et Ifremer (actions du programme Aquaref) sur le contenu des formations en hydrobiologie (voir le rapport). Un référentiel national de formation professionnelle pour la mise en œuvre des méthodes utilisées pour la surveillance dans les réseaux DCE a été élaboré sous la coordination de l’ONEMA. Ce référentiel précise les différents types de formation et le contenu que devront respecter les stages inclus dans les parcours de formation, afin d’harmoniser les compétences des opérateurs et de couvrir l’ensemble des besoins, pour les intervenants des différents phases de la chaîne d’acquisition de données et d’exploitation pour l’évaluation et le suivi des milieux aquatiques.