Espèces exotiques envahissantes

Groupe de travail « Invasions Biologiques en Milieux Aquatiques » (IBMA)

FLEUR DE LUDWIGIA GRANDIFLORAA l’échelle européenne, les espèces exotiques envahissantes (EEE) des milieux aquatiques sont relativement bien connues mais leurs impacts écologiques et les éventualités de prévention et de gestion restent encore insuffisamment évalués.

Dans les milieux colonisés, ces espèces engendrent des modifications des communautés vivantes et des perturbations fonctionnelles d’intensités et de durées variables pouvant être considérées comme des dégradations de l’état écologique des milieux, ce qui impacte donc directement l’atteinte des objectifs fixés par la DCE. Par ailleurs, les nuisances qu’elles causent vis-à-vis des usages de ces milieux obligent leurs gestionnaires à mettre en œuvre des interventions de régulation souvent très couteuses.

Des réflexions menées en collaboration par divers états-membres à partir de 2008 ont rapidement montré que l’intégration de ces espèces dans les modalités d’évaluation de l’état écologique au sens de la DCE restait extrêmement difficile à envisager. La même année, la commission européenne a lancé la construction d’une stratégie européenne adaptée à ces enjeux environnementaux et économiques.

Pour contribuer, à l’échelle de la métropole, à cette démarche, la mise en place d’un groupe de travail portant sur les EEE (flore et faune) des milieux aquatiques a été proposée et acceptée, actée par l’inscription de cette action dans la convention générale Onema / Cemagref de 2008. Réunissant institutionnels, chercheurs et gestionnaires pour permettre une intégration des besoins de recherches et d’action dans ce domaine, le groupe IBMA – Invasions biologiques en milieux aquatiques a commencé ses activités en 2009, en les orientant plus particulièrement vers la gestion des EEE.

Un séminaire organisé par le groupe en octobre 2010 a permis de dresser un premier bilan des connaissances scientifiques et techniques disponibles en France sur la gestion des espèces invasives dans les milieux aquatiques. La publication d’une note de synthèse dans la collection « Rencontres » de l’Onema et d’un numéro spécial de la revue « Science, Eau et Territoire » d’Irstea ont formalisé ces éléments de connaissance et de bilan.

Les activités du GT IBMA, coordonnées par Irstea puis par l’UICN, se sont développées jusqu’en 2018, confirmant l’importance de cette thématique et la nécessitée de ce travail en réseaux entre tous les acteurs concernés.

En 2018, pour répondre à la demande grandissante des acteurs territoriaux confrontés aux problèmes générés par les EEE, l’UICN et l’AFB ont mis en place un Centre de ressources sur les espèces exotiques envahissantes. Cette structure s’inscrit dans la stratégie nationale mise en œuvre par le plan Biodiversité porté par le ministère en charge de l’écologie, et répond aux engagements français dans le contexte international et européen, en renforçant les outils de prévention et de gestion des espèces exotiques envahissantes sur son territoire.

Le GT IBMA s’inscrit désormais dans ce schéma plus large et robuste, en assurant la mise en réseau de l’expertise scientifique et technique indispensable au fonctionnement du nouveau dispositif.

 

Extrait du communiqué de presse AFB – UICN du 4 décembre 2018
A propos du Centre de ressources sur les espèces exotiques envahissantes :
Le Centre de ressources fournit un appui pratique et contribue à renforcer l’efficacité des actions sur les espèces exotiques envahissantes. Parmi ses activités, il assure l’élaboration de méthodes, le développement de formations, la capitalisation des connaissances et la diffusion de savoir-faire et de bonnes pratiques à destination de tous les acteurs concernés : gestionnaires d’espaces naturels,associations, chercheurs, collectivités, entreprises, établissements publics et services de l’Etat notamment. Véritable boîte à outils, le site internet du Centre de ressources propose quant à lui des informations générales et des chiffres-clés sur le sujet, des actualités locales, nationales et internationales régulières,ainsi que de nombreuses ressources réglementaires, techniques et scientifiques. A l’occasion de ce lancement, le Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques (IBMA), qui officiait depuis 10 ans sur ces enjeux, devient le réseau d’expertise scientifique et technique destiné à épauler le nouveau dispositif. Le Centre de ressources consacrera ainsi son activité à toutes les espèces exotiques envahissantes de faune et de flore, en milieux terrestres, marins et d’eau douce, en métropole comme en outre-mer.